Notre histoire et philosophie

Suite à la levée du Sakoku(la politique d'isolement du shogunat Tokugawa), au moment où le Japon est au seuil de sa modernisation, la viande devient soudainement un besoin, notamment parmi les nouveaux résidents étrangers de Yokohama. Voyant cela, TAKENAKA Kyuji, marchand de riz grossiste de la ville de Ryuo(qui se situe dans la préfecture de Shiga, ancien pays d'Oumi, à côté de Kyoto), décide d'en tirer quelque profit. Lui Kyuji qui connaissait bien le monde et qui avait un grand esprit de pionnier, et son petit frère MORISHIMA Tomezo(adopté chez les Morishima) qui l'aidait, furent le point de départ pour le restaurant MORISHIMA. Chose assez incroyable, mais alors que les moyens de transport étaient bien limités, Kyuji envisagea d'emmener plusieurs bœufs Oumi jusqu'à Tokyo, et après deux semaines de marche, y parvint. Et en l'an 12 de l'ère de Meïji, il établit l'un des premiers restaurants proposant le Gyu-Nabe(=bœuf-marmite: bœuf servi mijotant avec quelques légumes dans une marimite), le «Yone-Kyu» à Asakusa.

La nuit d'août cuit et goutte bouillonnante à Yone-Kyu

Le succès de Yone-Kyu paraît avoir été tel, si bien qu'en 1922, le poète et sculpteur contemporain TAKAMURA Koutarou en chanta dans son Dîner à Yone-Kyu.

Ce fameux Gyu-Nabe de Yone-Kyu, dont le bœuf s'entassait comme une tour, comme dit FURUKAWA Roppa(Du Gyu-Nabe au Suki-Yaki). Le Gyu-Nabe est une forme précurseur du Suki-Yaki, et c'est une toute nouvelle façon originale, inventée afin de familiariser le bœuf tout en le japonisant. L'un des plus célèbres écrivains du Japon moderne NAGAI Kafu dit:

J'ai toujours cru que le pousse-pousse et le Gyu-Nabe sont les plus grands succès de tous les inventions qu'on a faites à partir des importations occidentales de l'ère de Meïji. [...] L'essentiel du Gyu-Nabe est qu'on a mis un nouveau fond, un nouveau contenu qu'est le bœuf, dans une vieille forme habituelle qu'est le Nabe.(NAGAI Kafu, Ginza)

Bien que Yone-Kyu connut une grande vogue pendant les ères de Meïji et de Taïsho, les Takenaka et les Morishima furent obligés à céder la direction du restaurant, suite au Grand Séisme de Kanto et à l'économie dirigiste pendant la Seconde Guerre mondiale.

Depuis, les Morishima continuèrent leurs efforts pour l'évolution de l'art d'engraissement et pour la promotion du bœuf Oumi, dans la plaine fertile de Gamouno, à l'est du lac Biwa. Et en 1978, ils établissent la corporation MORISHIMA qui couvre depuis l'engraissement, la boucherie, jusqu'à la service dans son propre restaurant. Cette orthograph particulière est bien significative; 毛(Mo)=poil, 利(Ri)=profit, 志(Shi)=résolution, 満(Ma)=satisfaire; donc elle manifeste la résolution de satisfaire toute la clientèle, ne prenant que juste un poil de profit. D'abord la loyauté, et le profit après; c'est exactement la devise des marchands d'Oumi: 先義後利(Sen-Gui, Ko-Ri). Arborant ce nom, gravant sur nos cœurs ces principes qui s'y reflètent, nous vous attendons tous les jours(sauf le mercredi), ici à Oumi-Hachiman.

La forme de l'Omotenashi, tel que nous le comprenons

Le bœuf Oumi élevé dans la meilleure ambiance qu'est notre propre ferme

Le bassin des trois fleuves Echi, Hino et Yasu qui coulent du système montagneux de Suzuka jusqu'au lac Biwa est originairement favorisé par de l'eau pure, et riche en grains grâce à la double récolte annuelle. Et le climat du bassin avec, cela compose une ambiance très favorable pour l'engraissement des bœufs. Tenant notre propre ferme dans ces merveilleuses conditions, nous ne achetons que les vaches les plus réputées: les Wagyus(bœuf japonais) au poil noir issus de la lignée de Tajima; et les abreuvons tous les jours de pure et claire eau souterraine. Évitant le stress, observant tendrement leur santé, nous leur consacrons plus de deux ans pour que leur viande soit unique et incomparable.

Nos mets des quatre saisons

Accueillir notre clientèle, plaçant le bœuf Oumi comme essentiel pour tous nos mets, c'est d'être toujours conscient que l'irremplaçable ingrédient hérité de nos ancêtres nous donne vie, et de vous le présenter sous une forme la plus simple et naturelle possible. Et le bœuf Oumi resplendit encore plus, dans nos mets enrichis d'autres ingréedients de chaque saison. Nous vous conseillons; nos bons vieux Suki-yaki et Shabu-shabu traditionnels bien-sûr, mais notamment, notre spécialité depuis notre fondation: le Ishi-yaki. Ceci est, Ishi=pierre et yaki=grillade, l'un des plus appréciés parmi notre menu, qui consiste d'épais biftecks(dans le filet et l'entrecôte assortis) qu'on vous laissera cuire à votre gré, sur une grosse pierre chauffée spécialement découpée d'une roche volcanique du mont Fuji.

L'esprit de l'Omotenashi dans toutes les situations

Les tables qui ne demandent pas nécessairement d'être réservées, des chambres pour petit groupe modéstement décorées de fleurs de la saison, une grande salle pouvant contenir jusqu'à 100 personnes, et une section grillade, où notre chef vous montrera son talent, devant un mur peint de laquage japonais représentant des motifs traditionnels; tout ceci pour vous servir, pour assouvir vos demandes, et nous ne manquerons jamais de garder dans nos cœurs l'esprit de l'Omotenashi(=hospitalité en japonais).

Accès

  • Accès en voiture :10 minutes sur la Route Nationale no.477 et no.8, depuis le trèfle Ryuou de l'autoroute Meïshin.
  • Accès par train :Environ 30 minutes de la gare de Kyoto sur la ligne Biwako du JR, et en descendant à la gare d'Omi-Hachiman, encore 10 minutes en prenant le taxi.
Adresse 866-1, Higashigawacho, Omihachiman-shi, Shiga
TEL0748-37-4325
FAX0748-37-4945
Heures d'ouverture11:00~21:30
(Heure limite d'entrée : pendant la semaine ~20:30 / dimanches et jours fériés ~20:00.
Pour la section grillade, l'heure limite est 20:00 tous les jours.)
Jour de fermeturemercredi
Carte de crédit
Restaurant MORISHIMA